Gravitar un jeu sur Atari

26. October 2017 Blog 0
Gravitar un jeu sur Atari

Développé par Atari Inc. et ayant vu le jour en 1982 sur borne d’arcade, Gravitar est un jeu d’action du type shoot them up multidirectionnel. Il s’agit de la première conception de jeu pour Atari de Mike Hally, qui créera par la suite avec succès Star Wars.

A propos de Gravitar sur Atari

Gravitar est un jeu vidéo disponible sur Arcade, Atari 2600 VCS, Game Room et Game Room, de genre action. Il consiste à mettre le joueur aux commandes d’un petit vaisseau spatial bleu au cœur d’un système solaire imaginaire doté d’une bonne douzaine de planètes à explorer afin de trouver du carburant.

Côté décor, impossible de ne pas s’étonner devant ses graphismes vectoriels colorés. En fait, Gravitar intègre un style graphique unique avec une allure assez particulière. Le phénomène d’attraction ou la gravité prend une part majeure et joue un rôle primordial dans tout le déroulement du jeu, comme son titre l’indique d’ailleurs. Il attire inévitablement le vaisseau vers le sol.

La vue évolue en fonction du déplacement. En s’approchant d’une planète et en arrivant en orbite, il est possible de voir la surface et le relief de celle-ci car l’écran zoome sur un détail du terrain. Et la visibilité s’agrandit au fur et à mesure que le vaisseau s’approche du sol.

atari-gravitar

Système du jeu

Le but du jeu Gravitar est très facile à comprendre, mais ce n’est pas le cas dans la pratique. Il faut détruire tous les bunkers ennemis (rouges) qui se trouvent sur chaque planète du système. A ce titre, le joueur dispose de cinq boutons afin de faire pivoter le vaisseau, tirer, déclencher le propulseur, récupérer le carburant (le bouclier) et se défendre avec un champ de force. Il faut bien maîtriser les différents boutons et ne pas se tromper sinon le catastrophe.

Le joueur va rencontrer plus de difficulté si les planètes à gravité sont inversées, ce qui est capable d’éloigner le vaisseau ainsi que des planètes invisibles.

Au début du jeu, le vaisseau en forme de triangle bleu se trouve au centre de l’écran. Tout d’abord, le joueur va sélectionner une destination, mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de comprendre trois constantes.

En premier lieu, sachez que le soleil ressemble à un grand trou noir, procréant un puits de gravité qui vous aspire. Si vous l’approchez, vous serez détruit. Mais il ne faut pas rester les bras croisés, agissez sinon vous allez le buter. Ensuite, chaque planète restitue plus ou moins de points et le niveau de difficulté en dépend. Plus le passage est facile, moins la planète rapporte peu.

Puis, il est important de savoir que la planète rouge offre le plus de points et permet l’accès au système solaire suivant. Elle pourra octroyer 9 000 points. Sauf que la mission y sera plus difficile et il faudra bien se préparer.

Pour avoir plus de points, il est préférable d’explorer la planète la plus difficile. Plus on avance, plus tout se complique. Les problèmes se multiplient : l’effet de la gravitation, les tirs des canons…

En bref, c’est un jeu culte avec ses graphismes vectoriels, sa fluidité, sa technologie innovante et surtout ses actions bien retracées.